Maximomes, le site des familles nombreuses

Le site des parents de famille nombreuse

Portraits - Famille du mois

Portrait de famille - Avril 2008

Écrit par Oelita le 29 Avril 2008

Nous sommes encore en avril, l'honneur est sauf pour vous présenter notre portrait d'avril ! Emmanuèle, maman de 5 enfants, a pris la relève. 

Présentez-nous votre famille...

ImageLa maman : Emmanuèle, 42 ans, assistante juridique en congé parental d’éducation. Les grands (nés d’un premier lit) : Bérengère, 17 ans, en terminale ES, qui espère bien avoir son bac pour pouvoir poursuivre dans le supérieur ses études d’art ; Ségolène (prénom inspiré d’une mère de famille nombreuse bien connue – enfin, elle était moins connue il y a 16 ans), 16 ans en mai, en seconde générale, se dirige vers une 1 ère littéraire  ; Pierre-Louis, 10 ans, termine facilement son CM2 et se prépare avec angoisse à entrer au collège. Les petits (d’un second lit) : Cyprien, 4 ans en mai, Petite Section de maternelle ; Maximilien, 16 mois le 1er mai, avec sa maman toute la journée.

Nous habitons dans une région maintenant bien connue depuis le film de Dany Boon, dans une grande ville en centre-ville (nous sommes de purs citadins, la campagne ne sous fait pas rêver du tout), à une heure de Paris, 1 heure 20 de Londres, 40 minutes de Bruxelles, et 5 heures de Montpellier, bref, au centre de tout !

Comment vous est venue l'envie d'une famille nombreuse ?

Très tôt, je crois qu’à 15 ans, j’avais déjà ce projet d’avoir beaucoup d’enfants plus tard ; lors de ma première grossesse, j’ai chiffré cette envie : au moins six, voire huit ou douze enfants. Mon (ex-)mari trouvait que deux, c’est bien, trois largement suffisant. Par la suite, j’ai rencontré le père des petits, qui lui aussi avait ce souhait de famille nombreuse : il n’avait que deux enfants, son ex-femme n’en ayant pas voulu d’autres. Nous avons eu un premier bébé ensemble, quelques mois plus tard il me parlait déjà d’un autre !

Comment gérez vous votre budget ?

Je ne gère rien, c’est déjà bien si j’arrive à noter mes dépenses. Le principe de base est simple : pas de crédit, sauf celui pour la maison. Mais je n’ai pas de dépenses énormes non plus : les bébés sont allaités, et depuis trois ans, ils sont en couches lavables – c’est d’ailleurs en cherchant des renseignements sur les couches lavables que j’ai découvert Maximomes ; personne ne fume, on ne boit pas d’alcool, pas de voiture.

Je fais à manger, mais je cuisine rarement : les repas sont assez basiques, donc l’alimentation reste un poste raisonnable dans le budget : j’achète les fruits et les légumes au marché, la viande en petite quantité au super-marché, j’essaie de faire des repas avec peu de viande pour des motifs écologiques. Une fois toutes les 4 à 6 semaines je fais une virée à l’hyper-marché, je profite des promotions du moment pour stocker produits d’entretien et épicerie, et je me fais livrer à domicile. Pas de hard-discount, mais des aliments les plus simples possibles, et encore mieux faits maison comme les yaourts ou les confitures.

Les petits portent les vêtements des grands, mais pas uniquement, car au moment des soldes, je me lâche. J’achète aussi en magasin d’usine, quoique je ne sais pas si c’est vraiment économique pour moi, je me laisse facilement tenter.

Comme nous n’avons pas de télévision, le poste loisirs est important, car outre les activités et les sorties, il y a aussi les livres et revues, les DVD que l’on regarde sur l’ordi, le matériel de dessin et de peinture, de broderie, de tricot. ..

Les enfants font les activités qu’ils souhaitent, parfois certains ne font rien du tout, et parfois ils ont deux ou trois activités à la fois. Le nombre d’activités est davantage une question de temps et de distance pour s’y rendre que de moyens financiers (sauf pour Ségolène qui cette année, a été privée d’activités pour motif disciplinaire).

Les sorties : là encore, c’est davantage une question de temps que de moyens, avec trois enfants et une carte UGC, j’allais au cinéma plusieurs fois par mois, seule ou avec les enfants ; maintenant avec Maximilien, ce n’est plus possible : plus le temps et problème de garde. Et j’avoue aussi, un peu trop fatiguée pour sortir. Et puis il y a les sorties gratuites au parc, au zoo. .. et ça, les garçons aiment beaucoup.

Pour les études, habitant une ville universitaire, les enfants auront l’embarras du choix sur place, cela limite les frais : peu de transport, pas de studio ou de chambre en cité U. Pour l’instant, il n’est pas question de job étudiant.

Les vacances : les grands vont une ou deux fois par an chez ma mère ou chez ma soeur, qui vivent vers Montpellier: piscine privée, soleil, plage et famille. Et nous partons à la mer en location deux semaines tous les ans ou tous les deux ans. Pas de ski pour nous : ce n’est pas un sacrifice, nous n’aimons pas cela.

Parlez-nous de votre logement...

Nous habitons une maison ancienne en centre-ville, et qui dit ancienne dit… travaux, beaucoup de travaux. Et en ville, pas de jardin, mais une simple petite cour.

Les grands ont chacun une chambre, il est impensable pour eux de partager leur espace, même si chez leur père, il le font. Mais comme ils n’y vont qu’un week-end sur deux, ils acceptent ce qui ne serait pas possible au quotidien. Pour l’instant, les petits sont dans la même chambre, mais ils ne font qu’y dormir, le jour ils sont dans la salle de jeu (ou à l’école). Il n’y a donc pas d’urgence à sacrifier mon pseudo-bureau pour en faire une autre chambre, il y a de toute manière d’autres pièces à aménager en priorité.

A la naissance de Maximilien, j’ai acheté un lave-linge 9 kg, mais c’est surtout pour pouvoir laver les couettes sans aller régulièrement à la laverie (on a un problème félin, là, une confusion litière/lit). Je fais une lessive par jour, pas plus… et parfois moins. Le repassage, c’est une heure au plus le vendredi après-midi, j’en profite pour préparer le sac ‘pour aller chez papa’ au fur et à mesure que je repasse.

J’ai un petit réfrigérateur, avec un tout petit compartiment congélateur, juste de quoi conserver quelques glaces et un peu de légumes ; avant j’en avais un plus grand : je n’arrivais pas à gérer un grand stock de nourriture, donc lorsqu’il a fallu le changer, j’ai pris un modèle plus petit.

Je n’ai pas de voiture, nous faisons tous nos déplacements à pied ou en transports en commun, que ce soit métro, bus, TER ou TGV selon les destinations.

Quelle est votre organisation pour le ménage ?

Les filles sont chargées de s’occuper des chats (litière, nourrir, abreuver), de leur linge (laver, étendre, ramasser), et du rangement de leur chambre : mais que ce soit fait ou pas, je n’interviens pas sur leur territoire. En revanche, elles ne sont pas des petites mamans : elles ne changent pas les couches, ne donnent pas les bains.

Pour le reste, c’est moi seule, je n’ai pas de femme de ménage, et même lorsque je travaillais, je n’en avais pas. Mais je ne suis pas une maniaque du ménage, je privilégie le temps passé avec les enfants.

En revanche, je n’hésite pas à mettre le prix dans de l’électro-ménager de qualité, le bon matériel, à défaut de me donner le goût du ménage, m’aide à travailler vite et bien. Malheureusement, la machine à ranger est encore à inventer. ..

Comment se passent les relations entre les enfants ?

Il y a des affinités entre enfants, ainsi que des rivalités, des alliances qui se font et se défont. Par exemple, la grande aurait aimé être fille unique ou n’avoir qu’une soeur, mais elle s’entend bien avec les deux plus jeunes, en revanche elle se dispute très souvent avec son frère. Les deux filles sont à la fois très complices, tout en étant parfois très vaches entre elles, mais elles forment un vrai duo. Au contraire, PL est un peu isolé, entre ses deux grandes soeurs et les deux petits.

Quelles sont vos activités familiales préférées ?

Difficile avec une telle famille d’avoir des activités familiales tous ensemble, d’autant plus que le week-end, il y a toujours 1, 2, 3... enfants chez papa.

Quels sont les aspects les plus positifs de votre vie de famille nombreuse ?

J’ai réalisé ce souhait que j’avais depuis très longtemps.

... et les points négatifs ?

Si travailler et mener une carrière était encore possible avec trois enfants, en diminuant de 20 % mon activité après la naissance du quatrième j’ai dû renoncer à toute idée de carrière, mon CPE à temps partiel a été très mal vu ; et j’ai totalement arrêté de travailler avec l’arrivée du petit dernier. Je garde tout de même l’espoir de retravailler un jour, mais je sais que cela ne sera pas facile.

Le manque de temps pour tout : que ce soit pour passer du temps avec chaque enfant en tête à tête, ou pour ses loisirs personnels, ou pour briquer la maison. Chaque minute est comptée.

Si vous aviez des conseils à donner à des futurs parents de famille nombreuse ?

Ne vous précipitez pas : finissez vos études, faites le tour du monde pour avoir votre comptant de dépaysement, mieux encore partez étudier à l’étranger, prenez le temps de trouver votre vraie âme sœur : profitez de ces années de liberté pour faire toutes ces découvertes.

Et espacez les naissances, d’abord pour pouvoir dorloter le petit dernier sans être en même temps occupée à surveiller l’avant dernier qui fait ses premiers pas et ses premières bêtises, et aussi parce qu’une quinzaine d’années plus tard, cela évite de subir deux crises d’adolescence à la fois (et les bêtises du bébé, à côté d’une crise d’adolescence, c’est du pipi de chat !).

Merci d'avoir répondu à nos questions !

Commentaires
Ajouter un nouveau Rechercher RSS
sophie  - je confirme !     |08 May 2008 10:36
Hello,
Je viens de temps en temps sur le site depuis que la famille compte 4
enfants. Oui , je confirme ce que dit Emmanuèle : la crise d'adolescence aïe
aïe aïe. Quand j'ai eu les deux premiers rapprochés, on me disait :
"C'est bien tu vas les élever ensemble". Puis pareil quand le 3ème est
aussi arrivé dans la foulée. La petite enfance, alors que quand on est dedans
on trouve cela harassant des fois, eh bien arrivé à l'adolescence c'est
"autre chose" ! Du coup je profite de la 4ème qui a 9 ans d'écart avec
le précédent (même si c'est la vie qui en décidé ainsi et pas nous). Mais
il faut croire quand même que ce n'est pas si terrible au fond, puisque nous
envisageons d'agrandir la famille...
booboon   |13 May 2008 18:45
merci pour ce témoignage ! j'adore.... pour l'instant j'attends la 4°
et mon mari pense que ça suffit, mais ce témoignage me pousse à ... le
"pousser" à le convaincre !
Anne  - oui mais   |29 May 2008 15:59
toute petite je voulais déjà me marier et avoir une grande famille.
A 39 ans
et 5 enfants de 17 à 3 ans et demi, je suis comblée.
Mon mari souhaiterait
encore un enfant... je résiste, n'ayant plus la même patience et la même
énergie.
Les voyages je les ai fait petite, jeune mère et là je termine 2
ans en asie centrale... Ma nombreuse famille ne m'a pas empêché de voyager, d'
apprendre d' autres langues... je suis 100 fois plus adaptable qu' une mère qui
"travaillerait" !
Stéphanie   |12 Jun 2008 23:10
J'ai 38 ans et également 5 enfants, de 2 à 12 ans, une vie dèjà bien remplie
(je bosse à mi-temps), et pourtant j' ai du mal à me résoudre à ne plus
jamais avoir d'enfant ... Chez nous c'est l'inverse : c'est surtout mon mari qui
n'en veut plus, en particulier parce que le petit dernier est assez difficile à
gérer depuis sa naissance. C'est vrai qu'un 6ème serait totalement
déraisonnable : voiture à changer, appartement limite en taille (l'ainé a sa
chambre depuis 2 ans, c'est dur de revenir en arrière), budget...
Mais je ne
peux pas m'empêcher d'avoir un petit pincement de coeur en apprenant par
exemple la grossesse d'une copine...
Ecrire un commentaire
Nom:
Email:
 
Website:
Titre:
BBCode:
[b] [i] [u] [url] [quote] [code] [img] 
 
 
:angry::0:confused::cheer:B):evil::silly::dry::lol::kiss::D:pinch::(:shock::X
:side::):P:unsure::woohoo::huh::whistle:;):s:!::?::idea::arrow:
 
Saisissez le code que vous voyez.

3.26 Copyright (C) 2008 Compojoom.com / Copyright (C) 2007 Alain Georgette / Copyright (C) 2006 Frantisek Hliva. All rights reserved."